version française version anglaise
Slideshow Image 2
Slideshow Image 3
Slideshow Image 4
Slideshow Image 5
Slideshow Image 6
Slideshow Image 7
Slideshow Image 8
Slideshow Image 9
Slideshow Image 10
 
Vous êtes ici : LOCALISATION > Gorges du Gardon

Programme LIFE GORGES DU GARDON

 

Gorges_Gardon_690px


Le Gardon a patiemment creusé ses gorges dans un bloc calcaire de quelques centaines de mètres d’épaisseur pour obtenir un canyon sinueux, orienté ouest-est, qui retrouve la plaine environ 15 kilomètres avant de se jeter dans le Rhône. Plateaux et collines, couverts de garrigue et de chênes verts, bornent les gorges, au nord et au sud. La nature karstique du terrain a permis la lente création de cavités qui présentent un attrait inestimable pour les chauves-souris.


 

Programme LIFE STATUTS DE PROTECTION DE LA ZONE D’ÉTUDE

Au niveau de la législation nationale :
- Un Arrêté Préfectoral de Protection du Biotope.

Au niveau de la législation régionale :
- Une Réserve naturelle régionale des gorges du Gardon,
- Deux Sites classés,
- Un site classé,
- Zones Naturelles d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique.


 

Programme LIFE DESCRIPTION SCIENTIFIQUE DE LA ZONE D’ÉTUDE

Cette vallée à flancs raides est limitée au nord et au sud par des plateaux et des collines, couverts d’une végétation de garrigue à chêne vert dominant coupée çà et là d’îlots de prairies à graminées méditerranéennes (pelouses à Brachypode rameux). Les ripisylves restent encore très intéressantes malgré les dégâts causés par les crues de 2002 et 2003, avec des variantes à Arbre de Judée remarquables. De part et d’autre de ces gorges, les plaines où ressortent des collines calcaires, abritent les villages. Enfin, le massif et les gorges du Gardon présentent de nombreuses cavités naturelles du fait de la nature karstique du substrat. Plusieurs d’entre elles sont d’un grand intérêt pour les chiroptères.


 

Programme LIFE IMPORTANCE DE LA ZONE DU PROJET POUR LA CONSERVATION DES DEUX ESPÈCES CIBLÉES

Les gorges du Gardon forment un complexe de cavités favorables à la présence de nombreuses espèces de chiroptères tout au long de l’année : 20 des 27 espèces recensées au niveau régional y sont observées. Ce complexe est désigné en France comme un « site d’intérêt international pour la conservation des chauves-souris, à protéger d’urgence » (Roué, 1995).

Concernant le Grand Rhinolophe, sa présence est uniquement observée en hibernation : au moins 130 individus répartis dans six cavités. Mais ce chiffre est certainement très inférieur à la réalité au vu du potentiel de gîtes existant : en effet, le nombre de cavités présentes sur le site et n’ayant jamais été prospectées par des chiroptérologues est estimé à 300. A l’instar du massif des Alpilles, ce fait constitue le principal intérêt des gorges du Gardon dans le cadre du projet, qui accueille vraisemblablement en hiver une part importante des populations reproductrices de Camargue.

Concernant le Murin à oreilles échancrées, les gorges du Gardon servent partiellement de terrains de chasse à la plus importante colonie de reproduction de Languedoc-Roussillon : 600 individus dans une ancienne grange.


 
 
 
CG30